📣 LGV NON MERCI - fil info
237 subscribers
122 photos
6 videos
4 files
158 links
Fil info sur le projet des LGV et la lutte associée

Contribuez Ă  la veille et aux analyses du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest via contact@lgvnonmerci.fr ou https://wim.nl.tab.digital/s/qXFXQNRqLX48Ljq (🔐 dĂ©pĂŽt de fichiers sĂ©curisĂ©)
Download Telegram
Entretien avec Julien Milanesi qui tenait une conférence-débat à Mont-de-Marsan sur l'imaginaire des grandes infrastructures et le GPSO
Article

Retranscription de l'entretien paru dans Sud-Ouest : 

-   J’ai travaillĂ© une dizaine d’annĂ©es autour des questions des infrastructures de transports, en essayant de comprendre d’abord pourquoi on continuait de construire ce type de projets, en sachant que pour les autoroutes comme pour les lignes de train Ă  grande vitesse, la plupart des rapports ministĂ©riels et des Ă©conomistes disent qu’on n’en a plus besoin, et qu’il faut arrĂȘter de les construire. 
    Quand on les Ă©tudie rationnellement, on arrive aussi Ă  cette conclusion, compte tenu de leur coĂ»t et de prioritĂ©s qu’il y a ailleurs. Il n’y a finalement rien de bien rationnel dans ces choix-lĂ , et ils relĂšvent beaucoup d’imaginaires. Par exemple, une des croyances que j’évoquerai vendredi, c’est qu’une infrastructure de transport apporterait du dĂ©veloppement Ă©conomique. Aujourd’hui, il y a cinquante ans de travaux universitaires qui disent que ce n’est pas vrai, et malgrĂ© ça, tout le monde continue Ă  le croire.


-   Pourtant on voit des zones d’activitĂ© se dĂ©velopper, par exemple au nord-est de Mont-de-Marsan et Ă  Saint-Avit, vers l’échangeur de l’A65.
    Si vous allez voir les entreprises une par une, vous verrez que, soit elles Ă©taient ailleurs Ă  cinq ou dix kilomĂštres auparavant ; soit elles se seraient installĂ©es de toute façon ; soit elles se sont dĂ©placĂ©es Ă  plus longue distance.
Ce que provoquent ces infrastructures, ce sont des dĂ©placements d’activitĂ©, et plutĂŽt en dĂ©faveur des villes comme Mont-de-Marsan, au profit des grandes mĂ©tropoles.
   
    C’est quelque chose qui est trĂšs bien connu des services de l’État, des hauts fonctionnaires. J’ai rencontrĂ© Carole Delga, la prĂ©sidente de la RĂ©gion Occitanie il y a un mois avec des collĂšgues scientifiques, Ă  propos de l’autoroute Castres-Toulouse, et elle y croit dur comme fer, Ă  la crĂ©ation d’activitĂ©s.

   
   Et quand vous lui opposez cette rĂ©alitĂ© Ă©conomique que vous rĂ©pond-elle ?
    Elle dit que ce n’est pas vrai. Que c’est moi qui me trompe. Elle rĂ©pond Ă  partir d’anecdotes. « Je connais un endroit oĂč il y a des entreprises qui se sont installĂ©es. Â» Mais ça, ce n’est pas de la science.
   
-   Pourquoi n’ĂȘtes-vous pas audible alors ?
    Parce qu’on sous-estime beaucoup Ă  quel point nous sommes des ĂȘtres de rĂ©cit : on aime qu’on nous raconte des histoires, et se raconter des histoires. Pendant longtemps, en effet, les infrastructures de transport ont Ă©tĂ© porteuses de prospĂ©ritĂ©. Elles ne le sont plus aujourd’hui parce qu’on est suffisamment Ă©quipĂ©s.
   
    Dans les Landes, mes grands-parents m’ont racontĂ© quand la route est arrivĂ©e Ă  Bostens, en 1958 ou 1959. Évidemment, quand une route arrivait, ça changeait la vie. Aujourd’hui ce n’est plus vrai, mais on y croit toujours.

   
-   À Mont-de-Marsan, peut-on dire que la LGV viendrait sortir du dĂ©senclavement cette gare cul-de-sac, ou dĂ©senclaver la ville ?
    EnclavĂ©, c’est un terme qui ne veut rien dire. C’est de la subjectivitĂ©. Mont-de-Marsan n’est pas enclavĂ©. La dĂ©finition, c’est un endroit oĂč on ne peut pas accĂ©der. C’est un vocabulaire d’ingĂ©nieur des transports, des travaux publics, fondĂ© Ă  la fin du XIXe siĂšcle, Ă  l’époque oĂč on construit les premiĂšres grandes infrastructures du pays et oĂč il y avait rĂ©ellement des territoires enclavĂ©s.
   
    Aujourd’hui, on peut aller Ă  Mont-de-Marsan par je ne sais combien de routes, par des lignes de chemins de fer. On devrait plutĂŽt dire qu’il faut mettre un peu plus de temps. Et c’est toujours relatif, par rapport Ă  quoi, Ă  qui ? Quand on gagne un quart d’heure, ou mĂȘme une demi-heure, pour aller Ă  Mont-de-Marsan, on ne dĂ©senclave rien. On gagne un quart d’heure. AprĂšs on peut s’interroger lĂ -dessus : pourquoi gagner un quart d’heure est si important ? Ça, c’est une autre forme d’imaginaire, celui de la vitesse ou de l’accĂ©lĂ©ration.
-   Vous avez aussi travaillĂ© sur la question de la dĂ©finition de l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral.
    Jusqu’à il y a vingt ou trente ans, les infrastructures ne faisaient pas dĂ©bat, tout le monde les considĂ©rait d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Aujourd’hui, elles sont contestĂ©es. Ça signe un changement d’époque. Ces conflits trĂšs forts autour de ce qu’est la dĂ©finition de l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral, on pourrait les ramener aussi sur des combats d’imaginaires. Deux visions du futur qui s’affrontent.
   
    Pour le moment, les imaginaires alternatifs ne sont pas dominants, mais ils s’affirment de plus en plus, sachant que le modĂšle d’imaginaire dominant a du plomb dans l’aile. Ce sont aussi les imaginaires de la croissance et de la frugalitĂ©. Faire toujours plus, aller plus vite, avec tout ce que ça signifie comme effets sur le monde et sur nous ; ou alors est-ce qu’il ne faut pas ralentir ? C’est ce qui est intĂ©ressant avec la vitesse : personne ne peut vous expliquer pourquoi aller plus vite, c’est mieux. C’est une valeur.
   

-   Parce que nous sommes dans une sociĂ©tĂ© capitaliste, et que le temps c’est de l’argent ?
    C’est une des raisons, mais ce n’est pas la seule. Nous en parlerons vendredi.
   
*la conférence avait lieu vendredi 29 mars.

📍 BRÈVES (3/4)
Du cĂŽtĂ© de la Ligne Ă  Grande Vitesse Montpellier-Perpignan... 
Article
Dans le cadre d’une intervention lors d’un dĂ©jeuner-dĂ©bat organisĂ© Ă  BĂ©ziers par le club d’affaires BĂ©ziers Narbonne Business Club, StĂ©phane Lubrano, directeur de la mission LNMP (ligne nouvelle Montpellier-Perpignan) Ă  SNCF RĂ©seau Occitanie, a annoncĂ© rĂ©cemment le lancement d’un dialogue compĂ©titif en 2025 pour la premiĂšre phase Montpellier-BĂ©ziers. Pour les entreprises du territoire, petites ou grandes, des accords vont ĂȘtre passĂ©s avec les majors du BTP qui rĂ©pondront Ă  la consultation. Pour rappel la LNMP est un petite soeur du GPSO... 

Si le recours à des 'ressources locales' sera rendu obligatoire par des clauses, cela ne signifie pas grand chose : les majors tels que Vinci, Systra et Eiffage Rail sont toujours les grands gagnants de ces projets, et c'est pour eux qu'on les fait d'ailleurs puisque en l'occurrence les projets de Ligne à Grande Vitesse ont été ressorti des cartons à l'occasion du Plan France Relance qui visait à... augmenter les profits gagnés sur le territoire national (c'est bien le sens de la croissance, du PIB).

Par ailleurs, SNCF RĂ©seau va organiser un "concours architectural" pour la rĂ©alisation d’un viaduc dans le bassin de Thau. « Le but du concours est de garantir une meilleure insertion du futur viaduc dans le paysage. C’est une compensation accordĂ©e Ă  des associations d’opposants ». En d'autres termes : les enjeux Ă©conomiques, Ă©nergĂ©tiques, sociaux et environnementaux sont balayĂ©s comme une simple question de "paysage". Et la fragmentation du territoire est rĂ©duite Ă  une question du choix du meilleur viaduc. 

À des agglomĂ©rations, comme celle de SĂšte, s’estimant lĂ©sĂ©es car non desservies par la future ligne, StĂ©phane Lubrano rĂ©pond : « Il y aura certes moins de TGV en gare de SĂšte, car ils circuleront sur la ligne nouvelle. Mais cette ligne nouvelle permettra une montĂ©e en puissance des trains rĂ©gionaux sur l’axe ferroviaire existant. Â»
Ben voyons ! Comment patiner quand on cherche des arguments pour justifier la construction d'une nouvelle infrastructure doublant le tracĂ© d'une voie existante qu'on peine dĂ©jĂ  Ă  entretenir correctement ? 

Le mot final ? "C’est aussi Ă  nous, maĂźtre d’ouvrage, de nous adresser davantage au monde Ă©conomique sur ce projet, en vous expliquant ce qu’il peut apporter au territoire, une fois qu’il sera mis en service, mais aussi pendant les travaux, en termes de crĂ©ations d’emplois. Â»  VoilĂ  parce que les habitant.e.s ne comprennent pas les avantages du 'monde Ă©conomique' donc il faut s'adresser avant-tout Ă  ceux qui peuvent se payer notre pomme euh pardon la Grande Vitesse :  BĂ©ziers Narbonne Business Club

📍 BRÈVES (4/4)
📅 PROCHAINS RENDEZ-VOUS

En cours de reprogrammation la semaine du 8 avril - RĂ©union d'information publique "Les vrais enjeux du GPSO" Ă  Bordeaux // par Bordeaux Se SoulĂšve

-   6 avril - Projection-dĂ©bat Ă  l'Utopia Borderouge Ă  Toulouse // par Alternative ferroviaire Ă  l'A69 
   
-   13 avril - RĂ©union d'information publique sur les vrais enjeux du GPSO Ă  Tonneins (Lot-et-Garonne) // par Bordeaux Se SoulĂšve et StopLGV47

-  20 avril - LA GRANDE VADROUILLE ! Rassemblement Ă  partir de 14h au sud de Bordeaux, programme et dĂ©tails Ă  venir rapidement
Et enfin n'oubliez pas de signer la pétition à l'Union Européenne. Un tutoriel est diffusé pour l'occasion, avec un lien spécial :

linktr.ee/pétition.06282023
Mise Ă  jour du calendrier :


📅 PROCHAINS RENDEZ-VOUS

-   6 avril / Toulouse - Projection-dĂ©bat Ă  l'Utopia Borderouge // par Alternative ferroviaire Ă  l'A69 
   
-   13 avril / Tonneins - RĂ©union d'information publique "Les vrais enjeux du GPSO" au centre culturel Paul Dumail // par Bordeaux Se SoulĂšve et StopLGV47

- 16 avril / Bordeaux - Réunion d'information "Ls vrais enjeux des LGV du Sud-Ouest" à 18h30 à l'Athénée Libertaire // par Bordeaux Se SoulÚve

-  20 avril / Sud de Bordeaux - LA GRANDE VADROUILLE ! Rassemblement Ă  partir de 14h programme et dĂ©tails Ă  venir
🚹 BrĂšves 
Semaine du 1 au 7 avril 2024


1/ Christophe Huau, Ă  la tĂȘte de l'agence du GPSO rĂ©pond Ă  quelques questions de la Depeche. Quelques extraits commentĂ©s 

2/ Carole Delga met la pression pour accélérer les travaux de la LGV Bordeaux-Toulouse pour aller plus vite à Paris

3/ AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale de l’Adire (Association de dĂ©fense des intĂ©rĂȘts des riverains et exploitants)

4/ Riposte de nos collectifs face au tapage mĂ©diatique des promoteurs du GPSO avec des sondages biaisĂ©s en faveur du GPSO  // sur le site du CADE

🔗 Lien vers la brùve de la semaine
LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS

- 13 avril - RĂ©union d'information publique sur les vrais enjeux du GPSO Ă  Tonneins (Lot-et-Garonne) // par Bordeaux Se SoulĂšve et StopLGV47
-  16 avril Ă  l'AthĂ©nĂ©Ă© libertaire (7 rue du Muguet, Bordeaux) - RĂ©union d'information publique "Les vrais enjeux du GPSO" Ă  Bordeaux // par Bordeaux Se SoulĂšve
-  20 avril - LA GRANDE VADROUILLE !  Rassemblement Ă  partir de 14h au sud de Bordeaux, programme et dĂ©tails Ă  venir cette semaine ici !
DES COLLECTIFS MEMBRES DE LGV NON MERCI LANCENT UN APPEL À MOBILISATION
Depuis janvier, les travaux préalables à l'arrivée des Lignes à Grande Vitesse Bordeaux-Toulouse-Dax, au sud de Bordeaux et tout au long du tracé, ont démarré : des personnes sont expropriées, des maisons sont détruites et de premiers défrichages ont lieu.

Face Ă  cette mĂ©canique carnassiĂšre, les collectifs s'organisent. DerniĂšrement, le 10 mars, nous avions dĂ©jĂ  occupĂ© une maison Ă  Cadaujac pour sonner l'alerte 😡

Le 20 avril, nous revenons.

Nous unissons nos forces lors d'une manifestation festive pour signifier aux promoteurs du fantasmatique Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest que nous ne resterons pas passif-ves devant les destructions ✊

De lĂ , nous nous rassemblerons chaque fois que cela sera nĂ©cessaire, pour faire corps et riposter Ă  la hauteur de notre colĂšre đŸ‘­đŸ‘ŹđŸ§‘â€đŸ€â€đŸ§‘đŸ‘«

RDV Gare de Cadaujac 14H le 20 AVRIL
Vous aussi, soutenez l'appel depuis vos collectifs !

Contact : lgvnonmerci@proton.me
🚹 BrĂšves 
Semaine du 8 au 14 avril 2024


1/ Terre de liens Aquitaine publie un communiquĂ© sur ses positions contre le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest 

2/ Action de sabotage contre un chantier lié aux LGV du Sud-Ouest et à l'A69 prÚs d'Agen
>>> Voir le communiqué des copains sur leur canal telegram !

3/ Le cheval de Troie des LGV du Sud-Ouest camouflé par les fausses prétentions du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine quant à la défense des TER

4/ Les incohérences du gouvernement qui veut sauver les terres et faire des grands projets inutiles
On parle du GPSO dans les médias nationaux pour dénoncer son emprise au regard de la loi ZAN

5/ Un nouveau recours contre une opération des LGV du Sud-Ouest : les collectifs ciblent cette fois-ci les aménagements au nord de Toulouse !


🔗 Lien vers la brĂšve de la semaine Ă  lire en intĂ©gralitĂ© sur notre site
Et pour finir
👉 Un aperçu des dĂ©vastations qui nous attendent si vous ne rejoignez pas la mobilisation contre les LGV du Sud-Ouest ce samedi Ă  Cadaujac lors de La Grande Vadrouille

Photos de Alain Moutaufier sur le chantier de la LGV Bordeaux - Paris đŸ˜±
On se retrouve :
> Demain 18h30 Athénée libertaire de Bordeaux pour la réunion d'information
> Samedi 14h gare de Cadaujac pour La Grande Vadrouille !